Encadrements

En 2005, le vérificateur général du Québec s’est penché sur la situation de la violence dans les écoles secondaires et a émis certaines recommandations au ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et aux commissions scolaires, notamment de développer un portrait de situation plus juste du phénomène de la violence, de mettre sur pied des interventions efficaces et d’en évaluer les résultats.

En 2008, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport lançait son plan d’action triennal pour prévenir et traiter la violence à l’école : « La violence à l’école, ça vaut le coup d’agir ensemble! ». Plusieurs mesures y sont proposées, notamment l’embauche d’agents de soutien régional, la formation de groupe-relais régionaux où siègent des intervenants du milieu scolaire et des partenaires du réseau, des mesures de soutien favorisant la réintégration des élèves suspendus ou expulsés et pour faciliter la mise en place d’interventions efficaces en vue d’agir tôt, un mécanisme permettant se donner un portrait continu de l’état de situation des manifestations de la violence dans le réseau scolaire québécois.

Depuis 2008, l’équipe du plan d’action travaille en étroite collaboration avec les commissions scolaires pour la mise en place de la stratégie locale d’intervention dans les écoles, une démarche visant à soutenir, à développer, à former les équipes-école pour se doter d’actions qui ont été démontrées comme étant efficaces par la recherche.

En 2012, la Stratégie gouvernementale de mobilisation de la société québécoise pour lutter contre la violence et l’intimidation à l’école est lancée. Cette stratégie s’organise en quatre actions : mobiliser, communiquer,
légiférer et agir
.

L’adoption de la Loi visant à prévenir et à combattre l’intimidation et la violence à l’école (projet de loi no 56) vient modifier la Loi sur l’instruction publique et précise les devoirs et responsabilités des élèves, des directeurs d'établissement, du conseil d’établissement, des parents, des commissions scolaires et du protecteur de l'élève. 

  • Le message fondamental de la loi: Il faut agir!
  • Une compréhension commune de l’intimidation et de la violence
  • Un partage des obligations et des responsabilités
  • Un engagement de tous les acteurs scolaires et des partenaires concernés
  • Des actions efficaces en prévention et en intervention afin de lutter contre l’intimidation et la violence

La loi vient préciser les définitions des termes violence et intimidation :

Violence : toute manifestation de force, de forme verbale, écrite, physique, psychologique ou sexuelle, exercée intentionnellement contre une personne, ayant pour effet d’engendrer des sentiments de détresse, de la léser, de la blesser ou de l’opprimer en s’attaquant à son intégrité ou à son bien-être psychologique ou physique, à ses droits ou à ses biens. 

Intimidation : tout comportement, parole, acte ou geste délibéré ou non, à caractère répétitif, exprimé directement ou indirectement, y compris dans le cyberespace, dans un contexte caractérisé par l’inégalité des rapports de force entre les personnes concernées, ayant pour effet d’engendrer des sentiments de détresse et de léser, blesser, opprimer ou ostraciser. 

La loi oblige chaque école à élaborer et faire approuver un plan de lutte contre la violence et l’intimidation.